Ernest Nolte : Fascisme et Totalitarisme

Posté le 19 Fév 2017 Catégorie: Et si on prenait le temps de lire
Ernest Nolte : Fascisme et Totalitarisme

Ce qu’il y a dans le national-socialisme de plus essentiel, c’est son rapport au marxisme, au communisme particulièrement, dans la forme qu’il a prise grâce à la victoire des bolcheviks »  avait écrit Ernst Nolte dans son ouvrage La Guerre civile européenne publié en 1989 en Allemagne.

Les temps troublés, que nous connaissons aujourd’hui sur le continent européen et dans l’Hexagone, doivent nous obliger à relire certains ouvrages pour mieux comprendre notre époque. Pour beaucoup de chroniqueurs avertis , nous devons nous replonger dans notre passé pour mieux comprendre les faits d’aujourd’hui.

Ernst Nolte (né en 1923) est devenu célèbre en publiant en 1963 Le Fascisme dans son époque, triptyque présentant une étude comparée des deux mouvements fascistes principaux le fascisme de Mussolini et le national-socialisme d’Hitler, et de l’Action française considérée comme un phénomène précurseur.

Paru en français en 1970, ce texte a marqué une date fondatrice dans l’ approche historienne du fascisme : dépassant l’analyse statique du totalitarisme en termes de structures analogues (Arendt, Aron, Friedrich, Brezinski), Nolte inaugure une approche « historico-génétique » qui voit dans l’émergence du fascisme le fruit d un enchaînement dialectique, et en particulier une réaction de type révolutionnaire au mouvement marxiste européen d’avant 1914 et surtout à la révolution bolchevique de 1917.Considéré comme l’un des spécialistes mondiaux de l’analyse du fascisme, Nolte dresse le panorama de l’ ensemble de ces mouvements, de la Norvège à l’ Espagne et de la Grande-Bretagne à l’ URSS.

Ernst Nolte publia en 1986 un article fameux, « Ce passé qui ne veut pas passer », où, dépassant la théorie des circonstances la brutalisation due à la guerre de 1914-1918, la défaite allemande de 1918, l’antisémitisme , il avance l’hypothèse que la dimension exterminationiste du nazisme à partir de 1941 serait due à l’existence d’un précédent : les gigantesques massacres de masse inaugurés par les bolcheviks en Russie dès la guerre civile de 1918-1922, et systématisés par Staline entre 1929 et 1941. Nolte en venait à se demander si le Goulag n avait pas servi de modèle à Auschwitz, ce qui mit le feu aux poudres en Allemagne où débuta une vaste « querelle des historiens » , formidable polémique qui valut à Nolte d’être largement ostracisé.

Un demi-siècle d’une réflexion approfondie sur notre tragique XXème siècle, dont François Furet a loué l’originalité dans « Le Passé d’une Illusion ». La chute tout à fait inattendue du Mur de Berlin mit fin à la « querelle » en Allemagne, mais elle rebondit en France en 1995 avec l’attention portée par François Furet aux thèses de Nolte dans « Le Passé d une Illusion », puis lors de la parution du « Livre noir du Communisme » en 1997. Ce volume contient ainsi les principaux textes d’ Ernst Nolte, précédés d’une longue autobiographie inédite où l’historien allemand rappelle les moments principaux de son itinéraire tant personnel qu’intellectuel. Le volume est introduit par Stéphane Courtois qui revient en détail sur les tribulations de la réception de la pensée de Nolte en France. Le triptyque du Fascisme dans son époque est accompagné de textes de présentation par des spécialistes reconnus : Bernard Bruneteau, Emilio Gentile, Andreas Wirsching et Gilbert Merlio.

 

Fascisme et Totalitarisme Collection Bouquins, Robert Laffont  2008

Laisser un commentaire